ASPEN

La fleurs de la Prescience

D’après le Docteur Bach cette fleur dans son aspect négatif, rend la personne qui en a besoin prisonnière de ses appréhensions et de  ses craintes complètement inconscientes. A ce niveau précis, il n’est pas rare que les personnes Aspen, dans leur imaginaire trouvent des signes, des symboles des superstitions, des représentations bien personnelles.

 De ce fait, ces personnes seront  des capteurs diurne et nocturne, de pensées et d’images qui proviennent de leur état de conscience imaginaire. Ne sachant pas comment les recevoir, ces élans inconnus et incontrôlables vont provoquer la peur, un peur glaçante et épouvantable. Ce que l’on entend le plus souvent ce sont ces paroles telles que  « J’ai peur que quelque chose de terrible arrive, mais je ne sais pas  ce que cela pourrait être. »

Des signes physiques peuvent accompagner ces peurs incontrôlables, telles qu’une transpiration excessive ou bien  des tremblements, le ventre noué, un sentiment d’impuissance et de frustration,  augmentant d’autant plus l’état  d’angoisse.

Les personnes Aspen, peuvent être somnambules, vivant leurs cauchemars. Les réveils sont violents, paniqués. Ils ont peur de se rendormir, pour ne pas revivre leurs mauvais rêves.

Les enfants Aspen, sont souvent plus exposés encore à cet imaginaire ; par exemple, ils ont peur des monstres dans leur chambre ou  que leurs meubles se transforment en animaux plus terrifiant les uns que les autres.

Aspen est un peuplier « tremble », on dit « trembler comme une feuille ». Ces personnes ayant cette extrême sensitivité,   la ressente  comme des vibrations invisibles. Elles sont sensibles aux conflits, aux perturbations sensorielles psychiques, et environnantes. Le fait de percevoir les  « stress » de leur entourage , les atmosphères, les craintes vagues est une source d’épuisement et une perte d’énergie considérable. Il faut souligner que les peurs qui caractérisent Aspen sont imprécises et indéterminées. Ne pouvant mettre de mots pour les qualifier, il est très difficile d’en parler. Cette perte d’énergie diminue la confiance en soi.

Lorsque le besoin d’ Aspen est comblé son  coté positif,   augmente alors la confiance des ressentis personnels,  diminue les peurs, pour augmenter le potentiel positif, c’est à dire,  se sentir protégé, recentré,  plus fort encore. Cette fleur de Bach  permet  d’utiliser consciemment cette capacité à  ressentir,  de façon constructive, et sans aucune peur.

Remarque : Ces recommandations sont données à titre  informatif et ne vous dispense pas de consulter un thérapeute,  pour l’emploi et les conseils nécessaires à  la prise de fleurs de Bach.

©Cet article a été rédigé par Guylaine RAPHANAUD

Article soumis aux droits d’auteur

Source (« Les quintessences de Fleurs de Bach » M. SCHEFFER)

V) La grossesse et ses petits tracas

Les soins de peaux durant la grossesse

Les parties du corps soumis à des agressions plus importantes durant cette période se résument au ventre, dont la peau va s’étirer, et enfin le périnée qui va être mis à rude épreuve lors du passage du bébé.

Pour éviter toutes vergetures lors de l’étirement de la peau durant la croissance de bébé, mieux vaut utiliser une huile de rose musquée, et la passer sur les parties du ventre avec le moins d’élasticité.

Dans un premier temps, pour éviter toute déchirure peu grave mais douloureuse lors de l’accouchement, il faudra appliquer en massage journalier une huile de rose musquée ou un mélange conçue uniquement pour le *périnée.

Quant au masque de grossesse, il apparaît au tout début . Il  se caractérise par des tâches pigmentées, symétriques  allant jusqu’au front, passant par les joues et  les tempes. Rassurez-vous ce masque disparaît après la grossesse.

Conseils : pour ne pas aggraver le masque de grossesse, il est conseillé de se protéger avec  une crème solaire écran totale, et ajouter ensuite de la gemmothérapie et du lait d’ânesse pour la régénération de la peau.

*Info : le périnée se situe entre la base la vulve et l’anus

Important : les conseils sont donnés à titre indicatifs, et ne se substituent pas à une consultation chez un praticien de santé ou un thérapeute

©Cet article a été rédigé par Guylaine RAPHANAUD

Article soumis aux droits d’auteur

IV) La grossesse et ses petits tracas

Les nausées durant la grossesse

Un peu plus de 2/3 des femmes auront des nausées durant cette période. Ces nausées ou inconfort digestif sont en partis dus au bouleversement hormonal, ressenti dans cette phase de grossesse.

Le foie est l’un des organes le plus concerné par ce chambardement. Il y a plusieurs sortes de nausées occasionnées, mais la plus fréquente se déclenche lorsque que l’estomac est vide, il est donc urgent de manger. (Fruits alcalins : banane et jugulant l’acidité : les fruits secs)

Pour utiliser un moyen plus naturel, par voie interne, dans ce  genre de situation, il est utile de se servir  de plantes telles que le romarin, la mélisse ou le gingembre ou citron. Les huiles essentielles en olfaction (à respirer ou en diffusion) sont aussi une solution, rapide et efficace. Pour compléter cette pléiade d’accompagnements, ils nous restent encore les jeunes pousses de romarin en gemmothérapie (sous forme de macérât)

Chaque femme pourra choisir la solution qui lui conviendra.

Important : ces conseils sont à titre indicatifs et ne substituent pas à une consultation chez un praticien de santé ou un thérapeute de votre choix

©Cet article a été rédigé par Guylaine RAPHANAUD

Article soumis aux droits d’auteur

III) La grossesse et ses petits tracas

Les infections chez la femme enceinte

Nous savons que la clé de l’immunité se trouve dans la flore intestinale.

La flore vaginale dépend de la flore intestinale c’est incontestable. C’est lors de l’accouchement que la flore vaginale apporte les bactéries premières à la flore interne du bébé.

Donc l’équilibre de celle-ci est primordial.

En luttant contre la constipation, et en prévention de toutes sortes d’affection, telles que la grippe, le rhume, en agissant dans la globalité pour l’immunité, l’utilisation du thym, du serpolet en infusion ou hydrolat, ou bien du shiitake, sera gratifiant.

Conseils : les différents jus concentrés de baies ou bien l’utilisation de cassis en gemmothérapie, restent d’excellents éléments pour prévenir les premiers symptômes.

L’infection urinaire chez la femme enceinte :

La première chose que les femmes font lorsqu’elles ont une infection urinaire c’est d’arrêter de boire, parce que la douleur lors de la miction est trop intense. Il est donc entendu qu’au contraire,  il faut boire au moins 1.5 litres d’eau

Conseils : Il sera tout à fait possible de consommer de la canneberge en jus ou en complément alimentaire, et simultanément prendre du genévrier en hydrolat.

Pour faciliter la digestion, l’équilibre nerveux et  préserver l’équilibre des vitamines et minéraux préconisé tout au long de ce dossier, le pollen frais riche en vitamine B et en minéraux sera le bienvenue pour le bien être dans la tête. L’apaisement et la sérénité qu’il sera possible de trouver en consommant des hydrolats de lavande, camomille, oranger, ou mélisse, permettra de réguler le système nerveux.

Important : ces conseils sont à titre indicatif et ne  substituent pas  à une consultation chez un praticien de santé ou un thérapeute de votre choix

 ©Cet article a été rédigé par Guylaine RAPHANAUD

Article soumis aux droits d’auteur

La grossesse et la Naturopathie « La grossesse et ses petits tracas »


« Il naît dans un chou ou une rose !! C’est que l’on veut  bien croire !! »

Quelques conseils pour une grossesse au Naturel, harmonieuse et dans le Bien être !!

Tout d’abord, il est minuscule pareil à un petit haricot, lors de la 1 ère échographie, puis ensuite, il grandit dans le ventre de sa maman, et devient ce bébé tant attendu !!

La grossesse en générale est pour la femme, une source de fatigue, de fragilité diverses, d’émotivité exacerbée,  d’immunité sensible, mais aussi synonyme de cheveux ternes et cassants, allant même parfois jusqu’à la dépression post natale.

Ne prenons pas les choses à la légère, car, pour toute femme durant sa grossesse, créer le bon environnement pour le bon développement de son fœtus, est l’essentiel. Il faut compter sur une bonne nutrition, en  apportant  en grande quantité, les vitamines, les minéraux, les protéines et les acides gras nécessaires. Cela veut dire,  ne pas prendre  plus de nourriture, durant les repas mais travailler sur l’apport de nutriments, et aliments concentrés comme ceux que nous allons évoquer ci-dessous.

Les aliments à favoriser durant cette période sont nombreux :

Il sera important d’inclure à son alimentation des légumes verts à feuille, riches en minéraux, incontournable pour un bon équilibre nerveux. (Magnésium)

Les acides gras essentielles, tels que le colza, le lin, le chanvre, la noix, vont nourrir et protéger le système nerveux du bébé, en plein construction et en pleine  évolution, et de  ce fait protégera aussi  la maman (huiles et graines alimentaires).

Les protéines telles que le poisson, la volaille, les légumineuses, les œufs, le tofu, sont riches en enzymes et vitamines, mais attention  très sensibles à la chaleur.

Les graines telles que les amandes, noisettes, la noix de cajou, la noix  du Brésil, ou la noix de Pécan sont riches en minéraux et en acides gras, mais aussi en fibres et en protéines.

  • Ils existent, au contraire, des aliments à éviter durant la grossesse, pour une question de risque infectieux, ou entraînant des carences: la viande crue (carpaccio, ou tartare), le lait cru, et les fromages crus
  • Les laitages représentent de l’acidité, (lait de vache) et entrainent parfois des perturbations de la flore intestinale et une surcharge hépatique.
  • Les aliments raffinés sont des aliments complètement dépourvus de fibres et de nutriments essentiels (huile, farine <T65, sucre blanc et céréales
  • Important : ces conseils ne substituent pas à une consultation chez un praticien de santé ou un thérapeute de votre choix