III) La grossesse et ses petits tracas

Les infections chez la femme enceinte

Nous savons que la clé de l’immunité se trouve dans la flore intestinale.

La flore vaginale dépend de la flore intestinale c’est incontestable. C’est lors de l’accouchement que la flore vaginale apporte les bactéries premières à la flore interne du bébé.

Donc l’équilibre de celle-ci est primordial.

En luttant contre la constipation, et en prévention de toutes sortes d’affection, telles que la grippe, le rhume, en agissant dans la globalité pour l’immunité, l’utilisation du thym, du serpolet en infusion ou hydrolat, ou bien du shiitake, sera gratifiant.

Conseils : les différents jus concentrés de baies ou bien l’utilisation de cassis en gemmothérapie, restent d’excellents éléments pour prévenir les premiers symptômes.

L’infection urinaire chez la femme enceinte :

La première chose que les femmes font lorsqu’elles ont une infection urinaire c’est d’arrêter de boire, parce que la douleur lors de la miction est trop intense. Il est donc entendu qu’au contraire,  il faut boire au moins 1.5 litres d’eau

Conseils : Il sera tout à fait possible de consommer de la canneberge en jus ou en complément alimentaire, et simultanément prendre du genévrier en hydrolat.

Pour faciliter la digestion, l’équilibre nerveux et  préserver l’équilibre des vitamines et minéraux préconisé tout au long de ce dossier, le pollen frais riche en vitamine B et en minéraux sera le bienvenue pour le bien être dans la tête. L’apaisement et la sérénité qu’il sera possible de trouver en consommant des hydrolats de lavande, camomille, oranger, ou mélisse, permettra de réguler le système nerveux.

Important : ces conseils sont à titre indicatif et ne  substituent pas  à une consultation chez un praticien de santé ou un thérapeute de votre choix

 ©Cet article a été rédigé par Guylaine RAPHANAUD

Article soumis aux droits d’auteur

Les huiles essentielles et la douleur

Définition de la douleur d’après le petit Larousse : sensation pénible, désagréable ressentie dans une partie du corps.

En effet en voici le sens réel. Mais il est dommageable d’attendre que la douleur se déclenche, pour la soulager ou  pour y mettre un terme. En effet, lorsque la douleur est là, cela veut dire inflammation, donc atteinte ou blessures dans une partie  de l’organisme.

On définit la douleur comme la cause d’une inflammation, ou d’un  traumatisme. Elle est provoquée la plupart du temps lors de la stimulation de récepteurs nerveux. L’organisme après avoir détecté cet état de douleur, va agir de façon à se prémunir contre ce problème.

Pour toute personne et toute douleur, le mécanisme de déclenchement est le même. Une fois cette information nerveuses transmise au cerveau, nous pouvons sentir la douleur. Certains éléments chimiques sont à l’origine de son intensité.

Aujourd’hui on peut la juguler et mieux  la contrôler grâce à certaines molécules contenues dans les huiles essentielles. En effet, elles agissent sur la transmission nerveuses,  lors de la mise en place  des mécanismes  de l’inflammation et de la douleur.

Certaines de ces huiles, ont des principes actifs rapides, et des propriétés antalgiques  qui combattent la douleur, en l’anesthésiant et  l’atténuent. Selon le degré de la douleur, nous associerons l’huile qui correspond au 1 er stade ou palier, comme la verveine citronnée( calmantes des douleurs  inflammatoires), l’anis étoilée ou la badiane (troubles digestifs), ou le fenouil (Douleurs menstruelles, ménopause).

Pour les douleurs plus rudes, nous utiliserons des huiles à plus larges modulation de  douleur, comme la lavande vraie ( rhumatismes, infections cutanées et allergiques…),  l’huile d’Ylang Ylang très puissant antalgique et analgésique. C’est la durée de la distillation qui définit la qualité  des molécules aromatiques des huiles utilisées. Ce  qui conférera à cette  huile,  des qualités indéniables.

Pour les douleurs viscérales, nous solliciterons l’huile essentielle d’Estragon. La molécule qui la compose,  permet de faire cesser les symptômes et la pathologie, progressivement.

L’huile essentielle de Menthe poivrée quant à elle, a une action immédiate sur les maux de tête. En l’appliquant sur les tempes et la nuque,( la fréquence du renouvellement de l’application en fait son efficacité), elle  anesthésie la partie douloureuse.

L’huile d’Hélichryse italienne,quant à elle contrôlera  l’hématome souvent provoqué par le choc ou le  traumatisme, en empêchant son apparition.(entorses, coups violents, chutes).

Il est possible d’utiliser les huiles essentielles seules, sur les conseils d’un thérapeute sinon en règle générale, toujours diluées avec une huile végétale.  En synergie avec d’autres huiles, il est possible d’apporter un plus large éventail de possibilités pour un soulagement optimum. Il faut juste respecter les précautions d’utilisations conseillées,  par votre praticien de santé.

Par exemple,   prendre les précautions qui s’imposent en  évitant  de traiter les enfants de moins 6 ans et même moins de 12 ans pour certaines huiles ainsi que les femmes enceintes et allaitantes.

Spéciale mention pour l’huile de Lavande vraie qui peut être utilisée chez les plus petits en onction pour soulager des coliques ou en diffusion. ( consulter un praticien pour l’utilisation)

Remarque : l’utilisation de l’huile de menthe poivrée à haute dose et en prise prolongée dans le temps, est déconseillée.

Rappel : cet article mis en ligne reste un article à titre informatif et en  aucun cas  ne se substituera à l’avis d’un médecin ou les conseils d’un thérapeute.

©Cet article a été rédigé par Guylaine RAPHANAUD

Article soumis aux droits d’auteur

Sources ( Plante et Bien être)

« L’aromathérapie exactement »par P Franchomme, R. Jollois, D. Pénoel.

La sciatique

La plupart du temps elle se déclare sans crier gare….

sciatiqueIl suffit d’un faux mouvement ou bien d’un Evènement qui nous contrarie, d’une position polluante, d’un effort répétitif,  pour qu’une douleur diffuse se propage dans notre corps. Elle prendra sa source dans la région lombaire, en passant par l’arrière de la jambe, jusqu’au bout des pieds.

On parle alors d’une sciatique.

La douleur ressentie est le parcours dans le corps du nerf sciatique. Elle peut être due à de nombreuses causes, de l’arthrose par exemple créant une compression osseuse, une chute, un accident,  mais pour la plupart du temps cette douleur est due à une inflammation.

En général, elle  empêche de marcher, de changer  de position lorsque que l’on est allongé, et de se baisser. De  ce fait les journées sont difficiles à affronter et le repos à envisager est parfois source d’inquiétude et d’angoisses, car les obligations, elles,  doivent être honorées.

Il est important de faire des examens cliniques, ordonnés par le médecin pour poser un diagnostic mais aussi en déceler la cause.

L’aromathérapie et les plantes peuvent être des méthodes douces à entrevoir pour soulager la douleur.

On va utiliser des huiles essentielles, calmantes, et analgésiques, ayant des propriétés anti inflammatoires,   comme l’huile essentielle de Gaulthérie, ou de laurier noble, ou bien encore de l’huile essentielle de genévrier,  et quelques autres huiles à mélanger savamment pour  calmer la douleur.

sciatique1On va aussi passer en massage  des huiles décontractantes, intégrées dans un gel neutre. En effet la douleur amène à se contracter et à entretenir l’inflammation. Moins la douleur est intense et plus on est décontracté.

Il faudra veiller pendant cette période de sciatique, à adapter son alimentation, pour qu’elle soit  plus légère, incluant plus de fruits et de légumes. Il sera important  de drainer son foie,  prendre  des tisanes décontractantes, anti spasmodiques telle que la mélisse.

Ensuite prévoir le repos, le respect de son corps et important aussi celui de l’esprit, mettre de côté les tracasseries et préoccupations excessives.

Lorsque que le diagnostic  est posé et les  examens cliniques  effectués, vous pouvez envisager en complément, de consulter un thérapeute pour l’utilisation de plantes et d’huiles essentielles. Une sciatique peut se résoudre en  moins d’un mois. Il faut optimiser le temps de repos, et prendre en compte l’état de fatigue.

Alors en alliant patience, repos,  en maintenant son poids, et en s’alimentant raisonnablement, mais aussi  en évitant de solliciter son corps pour soulever des charges trop importantes, en corrigeant les mauvaises postures, vous ferez de votre corps votre allié pour une meilleure santé et contrôler ce genre de crise.