La grossesse et la Naturopathie « La grossesse et ses petits tracas »


« Il naît dans un chou ou une rose !! C’est que l’on veut  bien croire !! »

Quelques conseils pour une grossesse au Naturel, harmonieuse et dans le Bien être !!

Tout d’abord, il est minuscule pareil à un petit haricot, lors de la 1 ère échographie, puis ensuite, il grandit dans le ventre de sa maman, et devient ce bébé tant attendu !!

La grossesse en générale est pour la femme, une source de fatigue, de fragilité diverses, d’émotivité exacerbée,  d’immunité sensible, mais aussi synonyme de cheveux ternes et cassants, allant même parfois jusqu’à la dépression post natale.

Ne prenons pas les choses à la légère, car, pour toute femme durant sa grossesse, créer le bon environnement pour le bon développement de son fœtus, est l’essentiel. Il faut compter sur une bonne nutrition, en  apportant  en grande quantité, les vitamines, les minéraux, les protéines et les acides gras nécessaires. Cela veut dire,  ne pas prendre  plus de nourriture, durant les repas mais travailler sur l’apport de nutriments, et aliments concentrés comme ceux que nous allons évoquer ci-dessous.

Les aliments à favoriser durant cette période sont nombreux :

Il sera important d’inclure à son alimentation des légumes verts à feuille, riches en minéraux, incontournable pour un bon équilibre nerveux. (Magnésium)

Les acides gras essentielles, tels que le colza, le lin, le chanvre, la noix, vont nourrir et protéger le système nerveux du bébé, en plein construction et en pleine  évolution, et de  ce fait protégera aussi  la maman (huiles et graines alimentaires).

Les protéines telles que le poisson, la volaille, les légumineuses, les œufs, le tofu, sont riches en enzymes et vitamines, mais attention  très sensibles à la chaleur.

Les graines telles que les amandes, noisettes, la noix de cajou, la noix  du Brésil, ou la noix de Pécan sont riches en minéraux et en acides gras, mais aussi en fibres et en protéines.

  • Ils existent, au contraire, des aliments à éviter durant la grossesse, pour une question de risque infectieux, ou entraînant des carences: la viande crue (carpaccio, ou tartare), le lait cru, et les fromages crus
  • Les laitages représentent de l’acidité, (lait de vache) et entrainent parfois des perturbations de la flore intestinale et une surcharge hépatique.
  • Les aliments raffinés sont des aliments complètement dépourvus de fibres et de nutriments essentiels (huile, farine <T65, sucre blanc et céréales
  • Important : ces conseils ne substituent pas à une consultation chez un praticien de santé ou un thérapeute de votre choix

Le Jus de fruits et Légumes verts pour une détox

La detox du mois

La fonction de chacun des aliments suivants :

Un des composants de cette détox est la pomme. Elle est imparable pour l’élimination de l’acide urique. Apéritive, elle favorise une bonne digestion,  modère la tension artérielle et le taux de cholestérol dans le sang. Son action dépurative aide l’organisme à faire peau neuve, en décrassant le foie et la vésicule biliaire.

Pour l’accompagner dans la composition de cette détox, on y ajoutera la poire. Elle a un rôle diurétique et dépuratif. Elle agit pour la baisse du cholestérol, et lutte contre les radicaux libres tout comme l’épinard. Regorgeant de vitamines, B2 ,B6 , B9 et C, l’épinard reste un aliment à forte densité nutritionnelle. Il est préférable de le consommer cru pour son action nettoyante, régénérante et  pour la reconstruction  de l’intestin.

Concernant le concombre, ingrédients indispensable à cette detox, c’est un très bon diurétique. Il est le synonyme du soulagement des éruptions cutanées, d’une bonne circulation urinaire,  grâce à son important taux de silicium, et sa richesse en soufre et potassium. Il agit bénéfique ment sur les pathologies dentaires. Le céleri viendra compléter l’action du concombre par une bon teneur en calcium et permettra d’agir sur la fluidité du sang et de la lymphe.

On ne pouvait passer sur l’implication de la lavande dans cette détox, en utilisant son hydrolat, aux propriétés calmante, apaisante, vermifuge, antispasmodique. La spiruline (micro-algue) source de protéines d’excellente améliorera  votre jus détox.

Recette de jus vert pour un détox

200 g de pommes bio, 100 g de poires bio, 100 g de concombre bio, 7 g de céleri branche bio, 50 g d’épinard jeunes pousses bio, 1 cuillère à café d’hydrolat de lavande.

Préparation :

Lavez soigneusement les fruits et légumes, ils seront consommés avec la peau. Coupez-les en cubes, Prélevez  le jus avec un extracteur à vitesse lente. Ajouter l’hydrolat de lavande. Mélangez le tout avec un shaker. C’est prêt et servez frais.

© Cet article a été rédigé par Guylaine RAPHANAUD,

Article soumis aux droits d’auteur

(Source Plantes et bien être, L. Valéry Robert)

Pourquoi consommer des fruits et légumes de saison?

Les fruits et légumes: des saveurs et des couleurs qui nous en mettent pleins les yeux et les papilles!!

fruits et légumes étéPour commencer, observons les étals de nos marchands de fruits et légumes, nous constatons que  nous pouvons trouver certains d’entre eux tout au long de l’année. Cela incite chacun de nous à consommer des fruits ou des légumes qui ne sont pas spécialement de saison.

Il est important alors de bien redéfinir quels fruits et légumes se consomment selon leur venue, en été, en automne, en hiver et au printemps.

fruits d'étéIl est bon pour la santé de manger en tenant compte de la saison qui s’écoule. La nature met à notre disposition pléthore de nourriture végétale ou animale, pour varier notre alimentation. Cela dit ces aliments ne nous sont pas donnés par mère nature, tous, dans le même temps. Ils sont échelonnés tout au long de la saison, selon leur maturité, de périodes  en périodes plus ou moins longues, allant de 4 à 6 semaines. C’est pourquoi, on les appelle les aliments de saison.

C’est la maturité de l’aliment qui détermine son arrivée dans la saison. Ainsi selon le climat, chaud ou tempéré, on retrouvera quelques fruits  arrivés  un peu plus tôt sur les marchés, ou plus tard selon leur maturité. C’est dans cette maturité de l’aliment, que l’homme va trouver les nutriments nécessaires et  les optimiser pour ses besoins vitaux.

 Il est recommandé de les consommer à ce moment-là. On dit d’un légume ou d’un fruit qu’il est à maturité lorsque le murissement est à son comble. Il doit conserver toutes ses qualités gustatives et vitaminiques. L’organisme évolue avec la saison, en respectant les lois dépuratives de chacune d’elles et à leur rythme.fruits et legumes automne

Notre organisme est alors prêt à recevoir ce style d’alimentation colorée.

Donc, la saison définit le moment de nos besoins nutritifs. Les exigences  de l’être humain sont calquées sur ce qui correspond à l’organisation de la nature.

Ce que la nature définit comme la saison du renouveau va  se caractériser par l’arrivée des jeunes pousses comme la mâche, le mesclun, l’épinard etc…sur nos marchés. Nous  consommerons plus de  crus que  de cuit. Ces aliments regorgent de vitalité et de vitamines et donnent ainsi l’énergie nécessaire pour pourvoir à cette période de hardiesse. Cette phase de renouveau, compense le manque de vitamines et d’énergie de la saison d’hiver.

Le printemps amène son lot de vitamines et de protéines animales. Les aliments riches en protéines, œufs, viandes, permettent de pourvoir à nos besoins durant les mois d’été, lorsque les jours sont les plus longs et demandent plus encore d’énergie. Dans cette période, nous trouverons des légumes et fruits très juteux, tomates, concombres, melons, pastèques pour faire front aux températures élevées et aux besoins de l’organisme durant ces phases de chaleur.fruits d'hiver

Sur la fin de l’été,  au début de l’automne et pour  le retour d’une saison bien plus froide, la nourriture à absorber, et bénéfique pour notre organisme, doit d’être plus consistante. On disposera alors de légumineuses, d’oléagineux, lentilles, noix, fruits secs etc…Au contraire de l’été, les légumes de cette saison plus froide auront moins de jus, et nous les consommerons plus cuits que crus. On approchera la carotte, les betteraves…puisque que nos besoins en eau seront moins importants.

L’hiver quant à lui, va nous obliger à nous nourrir d’aliments caloriques, des féculents par exemple.fruits et légumes d'hiver

Les fruits moins juteux tels que la pomme, la poire vont venir garnir nos tables. On conservera les aliments d’été par le froid, un instinct naturel…Notons que  le recours de l’hiver pour l’être humain et le même pour l’ensemble de la faune. Prenez un écureuil, il fera ses réserves de graines et noisettes pour l’hiver. Nous faisons de même (coulis de tomates fraiches, bocaux de haricots verts, confiture, fruits au sirop léger  etc…)

Nos besoins se définissent essentiellement par le climat. Le nôtre est tempéré donc notre nourriture est variée, Si nous allons, sous les tropiques ou dans les pays chauds,  toute l’année, la variété des aliments que nous offre la nature,  est limitée, toujours  à la même variété juteuse de fruits et légumes, poussant à volonté tout au long de l’année.

fruits et légumes d'hiver 1Pourquoi les consommer sur le moment ?

L’important c’est de tirer profit des aliments qui nous sont proposés en saison et qui correspondent à nos besoins.

Manger des aliments peu murs hors saison ne nous permettraient pas de faire le plein de vitamines et oligo- éléments.  De plus, si nous consommons des aliments peu appropriés à la saison il y a de fortes chances pour que ces légumes ou ces fruits soient traités abusivement en conservateurs et se révèleraient peu nutritifs.

Pourquoi ?

Parce que leur culture ne pourrait se faire en plein champs naturellement baigné de soleil, mais uniquement hors champs, saupoudré d’engrais peu appropriés, pour une récolte de fruits et légumes  sans saveur et  sans maturité.

fruits et légumes printempsPour conclure :

Si vous souhaitez optimiser votre bonne santé, alors consommez vos fruits et légumes en prenant en considération leur venue en saison. Ce sera la manière simple, d’accepter et de  respecter les lois de la nature, mais surtout les conditions bénéfiques à votre bien être et votre  vitalité, toute au long de l’année.

La fraise

La Fraise….  « Chair rouge et plissée qui pend sous le bec du dindon » Non ce n’est pas ça !!! Ou…. « Collerette en lingerie tuyautée, à un ou plusieurs rangs. (D’origine italienne, elle fut portée depuis Henri II jusqu’au XVIIe s.) »…Pas de chance celle-ci ne se mange pas !!!

ensemble fraiseEnfin la bonne définition… !!!!

Nom Féminin du latin populaire « Fraga », pluriel du latin classique « fragum », avec l’influence de framboise. Fruit comestible du fraisier, réceptacle charnu de la fleur auquel sont fixés de nombreux akènes

(Source dictionnaire Larousse)

C’est le symbole de l’arrivée du printemps!!!  La fraise a 300 ans en 2014 !!!

 Un peu d’histoire… ?

 En 1714, un ingénieur et lieutenant dans la marine, nommé Amédée-François Frézier ramena l’ancêtre de la fraise, et l’introduit chez nous. On l’appella alors « La blanche du Chili ».  En 1740, on la plante à Plougastel en Bretagne, et on en retire le succès que nous lui connaissons aujourd’hui.

  fraise

Elle est l’ennemie des toxines. Et sa richesse en eau, en pectine et en potassium en fait un fruit « Détox ».

Mais pour en retirer le meilleur il faut bien la choisir, sans produits chimiques.

D’un point de vue botanique la fraise, n’est pas une baie mais un faux fruit. Ce sont ces petites graines vertes, sur sa surface rouge, appelées akènes, qui sont les fruits proprement dits. La fraise est riche en fibres,  hypotensive, et pour en optimiser ses effets, on peut l’envisager en mono diète. Riche en vitamines A, C, et en acide folique, elle offre une teneur importante en calcium comparable à d’autres fruits ou bien  même supérieure. 100 g de fraise équivaut à 32 calories.

La fraise est un fruit antioxydant naturel et protège nos neurones. Quelques études montrent qu’elle contribue à faire baisser le cholestérol.

Elle fait aussi partie des fruits que l’on cultive industriellement dans le non respect de la santé (fraises espagnoles, important résidus de pesticides qui polluent eux même notre organisme, ou même deviennent des perturbateurs endocriniens)

Alors comment choisir la fraise  et bien la consommer !!!

Acheter un produit local, avec un label IGP, (indication géographique protégée)

Comment les utiliser ?

En salade, avec quelques feuilles de menthe fraiche ou quelques feuilles de Basilic, un jus de citron et du sucre non raffiné.

 En tarte, ou bien  en confiture.

Les fraises en confiture conservent leur activité antioxydante.

A savoir :Elles ne murissent plus après la cueillette effectuée. Choisissez-les, bien rouges !!

Conservez-les à température ambiante, à l’abri de la lumière, consommez-les rapidement.

 Important : La fraise est souvent la cause d’allergie, dans ce cas  la mono diète est  à proscrire.