Le dentifrice industriel

Le dentifrice industriel parlons-en!!

Trois fois par jour, vous lavez vos dents, pour obtenir, une bonne haleine, et une hygiène bucco-dentaire, n’occasionnant aucun déséquilibre dans votre bouche.

Ce qui est assez contradictoire c’est que l’utilisation des dentifrices industriels n’est pas le meilleur moyen pour être sain dans sa bouche. Bien au contraire!!dentifrices-industriels

Les dentifrices industriels regorgent de substances agressives pour les dents  pour leur émail et pour notre organisme. Chaque jour,vous ingérez du  SLS, c’est un dérivé de l’huile de palme pour donner un effet moussant à votre dentifrice,  on rajoute à cela  de l’aspartame, un édulcorant dont les effets sont nocifs sur notre organisme. Ensuite, vient le sorbitol, qui est un conservateur pour empêcher l’assèchement de votre pâte de dentifrice. Il  est aussi un laxatif pouvant occasionner des diarrhées. Additionné à tous ces composants, vient le  fluor pour combattre les caries, ce même fluor, qui,  aux états unis, a fait l’objet  de multiples études, et  se révèle être toxique pour le système nerveux. Sans compter sur les colorants, soupçonnés d’être à l’origine d’allergies, d’avoir un rôle dans l’hyperactivité des enfants, et enfin , le  Triclosan, perturbateur endocrinien  au même titre que les parabènes, il interfère dans  le système hormonal, favoriserait de ce fait, le développement de certains cancers et alternerait la fertilité humaine.  Pour terminer ce mélange ,  on y  intégrera du dioxyde de titane classé cancérigène par l’OMS.

Ceci nous fait réfléchir. Il est possible de se procurer des dentifrice naturels, sans additifs et produits toxiques. Vous pouvez fabriquer vous-même votre dentifrice naturel ( cf Recette de dentifrice naturel : http://naturopathie-prevention.fr/le-carnet-des-conseils/recette-de-dentifrice-naturel.html ou FB page Bien être et nature Bio : https://www.facebook.com/GR1323aunaturel/)

 

Source ( plante et Bien être et alternative santé)

L’artichaut : régulateur de santé

L’artichaut

artichaut1Un peu d’histoire :

C’’est un chardon sauvage, habillé de fleurs violacée. Au fur et à mesure de sa culture, les jardiniers  l’ont apprivoisé. Il est devenu artichaut. Considéré comme un légume de luxe par les romains, il fait son apparition seulement en France à la renaissance. Catherine de Médicis et Roi Louis XVI en étaient très friands.

La Bretagne est la région ou les artichauts sont cultivés pour l’avantage que présente le climat, doux sans grosse chaleur, et sans gel. Elle est  la 1 ère région de France, productrice d’artichauts, talonnées par le Roussillon et la Provence.

L’artichaut a des propriétés diététiques  aussi mais médicinales. Il joue un rôle prépondérant dans la détoxification de certains organes comme le foie, et les reins.

artichaut2Il est surtout riche en antioxydant permet de lutter efficacement contre le vieillissement cellulaire.

Ses propriétés sont drainantes du foie  et des reins en stimulant les sécrétions biliaires, limitant de ce fait les lipides sanguins en surplus dans notre organisme. Il  facilite la digestion des graisses alimentaires, tout en limitant l’excès de cholestérol. L’artichaut est aussi bien recommandé en légumes qu’en remède naturel (détox de printemps par exemple)

Il est conseillé de le consommer cru, (les feuilles) pour ne pas en perdre les vertus nutritionnelles. Vous pouvez garder l’eau de cuisson pour l’inclure à l’un de vos potages (décoction de feuilles séchées). Elle regorgera de cuivre, potassium, fer, et magnésium.

artichaut3L’artichaut est un aliment riche en fibres, bon pour la régulation du transit, en prévention pour la constipation, et joue un rôle dans la régulation de l’appétit.

C’est un  aliment minceur de premier choix.

Toutefois, l’artichaut est déconseillé en cas de calcul rénaux.

Cet aliment est bon pour la santé de chacun, mais doit être adaptée selon l’organisme chaque individu.

L’équilibre pour une bonne immunité

L’équilibre fragile de l’immunité*

La maladie qu’elle soit infectieuse, bactérienne, ou bien virale, se caractérise par une agression de microbes, favorisée par un terrain fragilisé.
Pour pouvoir s’installer et se développer la cause directe de ces offensives saisonnières est un système immunitaire* défaillant ou affaibli. La cause d’une immunité défaillante elle-même a de multiples explications.fruits et légumes d'hiver
Les carences diverses représentent l’un des facteurs qui explique ce déséquilibre de l’organisme causé, souvent par une alimentation peu diversifiée, un sommeil défaillant pouvant entrainer une fatigue physique importante, ou des situations de stress non gérées etc…
Les conditions pour maintenir une bonne immunité sont simples, il suffit de prévenir par de bonnes conditions d’hygiène de vie et stimuleront l’immunité.fruits d'hiver
On imagine cet équilibre comme très fragile et pour le stabiliser tout au long de l’hiver, on commencera par consommer des aliments riches en vitamines et minéraux : vitamines C par exemple avec des oranges, du kiwi, du cresson, du choux …, ou des aliments riches en soufre, anti infectieux tels que l’ail, l’oignon, l’échalote, les poireaux….
On privilégiera aussi les vitamines A et les minéraux tels que cuivre, sélénium et zinc et on consommera aussi des algues, des fruits de mer.
On pourra inclure des probiotiques qui donneront l’équilibre nécessaire à la flore intestinale.
Les plantes sont aussi le moyen de se préserver de ces agressions, comme l’échinacée, stimulante immunitaire ou bien encore l’éleuthérocoque plante tonique générale.
On emploie aussi la gemmothérapie* par les macérât glycérinés* de bourgeons, qui permettront à l’organisme de se régénérer ou bien de combattre les états inflammatoires. bourgeons
Les produits de la ruche nous apportent aussi la stimulation et la protection nécessaire, contre ces agressions. La gelée royale* et la propolis* entre autre sont des produits que l’on utilise pour travailler sur un terrain allergique saisonnier et pour prévenir de diverses offensives épisodiques.
Les huiles essentielles restent aussi un moyen de vous prémunir contre les périodes virales et agressives de l’hiver. Elles s’utilisent soit en inhalation (chez les enfants) ou bien par voie cutanée, olfactive, ou sublinguale sur les conseils d’un professionnel.
Il est important de consacrer du temps à des activités sportives, créatives, stimulant ainsi l’imagination, et donnant accès  au confort de l’esprit et du corps.
Cela évitera à l’organisme de se focaliser et de se fatiguer à répondre aux stress de la vie moderne, et mobiliser ainsi l’énergie vitale nécessaire pour notre résistance et notre bien-être.
Toutes ces moyens naturels, sont à prendre en considération sur le long terme.

Remarque : il est recommandé de consulter un professionnel pour mettre en place la méthode qui vous conviendra.
Rappel : Les huiles essentielles sont déconseillées pour les femmes enceintes et allaitantes,  les bébés et les enfants de – de 6 ans.

*Système immunitaire ou immunité : C’est l’ensemble des mécanismes de défense d’un organisme contre les éléments étrangers à l’organisme, en particulier les agents infectieux (virus, bactéries ou parasites
*Gemmothérapie: c’est une thérapie utilisant des bourgeons végétaux et jeunes pousses et radicelles, sous forme buvable dont le but est de réaliser un drainage profond de l’organisme et régulariser le fonctionnement des organes perturbés.
*Propolis: c’est une glu résineuse qui va servir d’enduit protecteur à la ruche. En effet ce sont les abeilles qui la fabriquent. Elles assurent ainsi l’hygiène de la ruche en faisant barrière aux bactéries, champignons, et virus variés.abeille qui butine
*Gelée royale : se présente sous la forme d’un gel épais blanc à jaunâtre, son goût est acide, doux et brûlant. Elle est fabriquée par les abeilles ouvrières pour les larves choisies dans la ruche afin de donner vie à la reine qui aura la vitalité et la résistance suffisante pour pondre durant 3 à 5 ans.
*Macérât : il suffit de hacher quelques jeunes pousses, de les mettre à macérer dans un mélange offrant le meilleur support pour une bonne qualité du végétal. Après 3 semaines, il est filtré, et dilué. On obtient alors un macérât concentré, que l’on va prendre sous forme de gouttes.

La ménopause, un cap à passer…naturellement

La ménopause et l’alimentation

La ménopause est une étape très importante dans la vie d’une femme.

Pour passer ce moment de la vie, il est important d’être attentif, à son alimentation quotidienne, en faisant, un bon choix d’aliments, sans compter une activité physique régulière. Ces deux conditions sont la clé du mieux- être à long terme, durant et après cette période de transition.
La ménopause apparait autour des 50 ans ou même avant selon le cas.
menopausePlus précisément, elle se caractérise par un manque d’hormones, d’œstrogènes et de progestérones, (hormones sexuelles), qui créent un bouleversement, s’accompagnant la plupart du temps de bouffées de chaleur, de sueurs nocturnes, de troubles du sommeil et donc une plus grande fatigue. Il n’est pas rare non plus, de se retrouver confronté à des troubles de l’humeur et une tendance à la déprime et même parfois allant jusqu’à la dépression.
Comment passer ce cap plus confortablement ?
Une alimentation plus adaptée rend cette période moins pénible pour certaines femmes et évite une prise de poids.
Contrairement aux idées reçues la ménopause n’est pas synonyme de prise de poids systématique. Ce n’est pas le symptôme principal de cette période de bouleversement hormonal.
En effet, vos besoins caloriques deviennent moins importants en vieillissant, il convient donc d’adapter votre alimentation à vos besoins réels.
En revanche, le mal être provoqué par la ménopause peut amener certaines femmes à grignoter ou à une prise de sucre pour compenser leur ressenti.
Au contraire, c’est le moment de prendre de bonnes habitudes alimentaires, en essayant de vous séparer de vos kilos superflus, si tel est le cas.
menopause3Votre assiette quotidienne doit contenir des protéines, pour un maintien d’une bonne masse musculaire. Privilégiez les fibres solubles (lentilles, pois chiche, graines de lin par exemple) pour une meilleure absorption du cholestérol, et de ce fait, éviter un taux excessif dans le sang qui accroit le risque de maladie cardiovasculaire.
La vigilance est de mise, pour les femmes ménopausées, en effet la surveillance de l’apport de graisses et de sucres est importante.
Optez pour des huiles d’olive, avocat, et diminuer les apports, de beurre. Apportez de la vitamine C, elle se trouve naturellement dans les aliments.
De plus dans cette période de modification hormonale, la fragilité veineuse accroit la rétention d’eau, il serait judicieux de se protéger en privilégiant une alimentation riche en antioxydants.
menopause 5Les fruits rouges pour leur part, (cassis) protègeront vos capillaires sanguins.
Utilisez des aliments draineurs comme le poireau, l’asperge. Évitez de trop saler vos aliments, ceci est un facteur qui favorise la rétention d’eau.
Faites plutôt, une bonne consommation de vitamines E. Ses vertus anti-âges, auront pour fonction de mieux nourrir votre peau qui peut être plus sèche ou plus terne, durant la période de ménopause.

Ou trouve-ton cette vitamine ?
Dans les huiles végétales, l’huile d’olive, les huile de germes de blé, de tournesol entre autre.
Ces vitamines contribueront aussi à diminuer les bouffées de chaleur.

Comment modérer ses humeurs ou sautes d’humeurs durant cette période ?
L’anxiété et l’irritabilité chez la femme ménopausée, font parties de la vie quotidienne.
Consommez alors plus d’oméga 3, précieux soutien.

Ou les trouve-t-on ?
menopause 4Par exemple dans les graines de lin, l’huile de noix, …Le saumon, les sardines, les harengs….
Et enfin pour améliorer votre sommeil, vous pouvez faire des menus à base de graines de citrouilles, ou bien encore consommer des noix de cajou, et mangez des œufs.
En toute circonstance, veillez à ne pas faire de repas rapide, prenez le temps de mâcher et de mastiquer vos aliments. Ils vous amèneront une meilleure digestion et un transit régulier.
Remarque:
Le but dans ce cap, est de trouver votre nouvel équilibre. Il est toujours dans votre esprit, dans votre assiette, et dans votre organisme, mais il se définit d’une façon différente. Vous comprendrez bien, que chacune d’entre vous représente une personne unique, dans sa globalité, et que, ce qui vous  conviendra , ne  pourrait  convenir à personne d’autre.
Les facteurs de prévention de la santé sont redéfinis à cette étape de la vie d’une femme.
Écoutez d’abord les besoins de votre corps et recherchez votre harmonie personnelle.

Les causes possibles du surpoids

D’où viennent nos kilos en trop ??

AMAIGRISSEMENT HUMORISTIQUEIl est très facile de constater que les kilos en trop ne sont pas les mêmes pour tout le monde.
Pour certains, on parlera de poignées d’amour, pour d’autres on qualifiera cette partie de notre anatomie, de gros bidon, et chez la femme, on parlera plutôt de la culotte de cheval, d’un ventre disgracieux et qui ne fait pas parti du standard imposé dans notre siècle !!

Balivernes…!!!La première chose à faire c’est de déterminer l’origine de ce surpoids… quelque soit le nom que vous lui donnez!!!

D’où peuvent venir ces kilos ?
un trop plein d’émotion ?
Un trop vide de soi et d’affection ?
Un stress récurrent et indéterminé ?
Des situations que l’on ne peut plus gérer ?
D’une grossesse ?
Le travail ? ou un environnent familial déstabilisant?
Peut être  la ménopause ?
Ou encore le temps qui passe ? Les peurs ??? Une dépression?

Tout d’abord, lorsque qu’on prend du poids, il est judicieux de consulter un médecin dans un premier temps, pour écarter, toute naissance de diabète ou autres troubles métaboliques.
Ensuite, il est indispensable de déterminer votre profil. Votre thérapeute vous aidera à le faire.
Si vous manquez d’énergie et de vitalité, vous avez certainement un métabolisme lent. On envisagera alors une cure de revitalisation, puis ensuite l’harmonisation de l’alimentation et un travail plus en détail sur le surpoids.
Soit vous êtes un bon vivant, vous aimez la convivialité et la bonne chair, il vous suffira de moduler votre appétit et de stimuler l’élimination.
SI vous êtes terriblement stressé, il vous suffira d’éviter la fréquence des écarts alimentaires, de réguler votre appétit, de stimuler les organes d’élimination, d’inclure une activité physique à vos journées.
Pensez à revitaliser votre corps avant de drainer.
Envisager un drainage aux plantes sur un organisme fatigué sera un échec. Il faut avoir la vitalité suffisante pour supporter un régime.
Le point essentiel est de respecter votre organisme en ne lui imposant pas, ce qui vous affaiblira.
C’est en accord avec vous-même, selon vos gouts, vos objectifs et vos  possibilités que vous pourrez envisager une perte de poids durable.